Publication du sondage sur Les PME du Québec et l’innovation : Des enjeux différents d’une région à l’autre

En plus d’une analyse pertinente à l’échelle du Québec, le sondage Léger apporte de précieux enseignements sur les moteurs et les freins à l’innovation spécifiques à chacune des grandes régions du Québec.

Le rapport complet de l’étude Léger Les PME et l’innovation est disponible ici.


Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches :

Une région où innovation et main-d’œuvre vont de pair

Les dirigeants de PME de la région voient l’accès à une main-d’œuvre spécialisée comme leur principal défi en matière d’innovation. Du même souffle, près de 70 % d’entre eux considèrent l’innovation comme un outil pour attirer et retenir la main-d’œuvre.

L’innovation est au cœur des préoccupations des entrepreneurs et des PME de la région

  • Les entreprises de Québec et de Chaudière-Appalaches considèrent à 80 % que l’innovation les aidera à augmenter leur productivité.
  • En période de pénurie de main-d’œuvre historique pour la région, 68 % des dirigeants disent considérer l’innovation comme un levier pour attirer ou retenir la main-d’œuvre.
  • La priorité de 59 % des dirigeants d’entreprise de la région est reliée à l’innovation et au besoin de main-d’œuvre spécialisée.
    • 43 % doivent en priorité moderniser leurs équipements.

Et pourtant, une majorité semble hésiter à passer à l’action

  • 56 % des entreprises de la région ont investi 0 % de leur chiffre d’affaires en innovation et R-D. 72 % ont investi 1 % et moins. Moyenne de 3,2 %.
  • 60 % des entreprises de la région considèrent que les programmes gouvernementaux d’aide à l’innovation ne sont pas adaptés à leur réalité.

À noter : 130 entreprises de la région ont été sondées, ce qui représente 16 % du total des répondants, soit un pourcentage équivalent au poids entrepreneurial de la région au Québec.


Centre-du-Québec et Mauricie

Des entreprises ambitieuses qui voient l’innovation positivement

Les PME de 25 employés et plus de la région voient l’innovation comme un levier pour leur entreprise. Elles disent innover plus que la moyenne. Les chiffres démontrent toutefois des situations très inégales.  

Certaines entreprises sont déjà en action et leur esprit entrepreneurial rayonne sur toute la région.

  • Les entreprises de la Mauricie et du Centre-du-Québec considèrent à 81 % que l’innovation les aidera à augmenter leur productivité.
  • 68 % des dirigeants de PME de la région indiquent avoir développé un projet d’innovation durant la dernière année. Il s’agit de la plus haute proportion au Québec.
  • 40 % des PME de 25 employés et plus de la région ont un haut dirigeant responsable de l’innovation, la plus haute proportion au Québec.
  • En période de pénurie de main-d’œuvre historique pour la région, 72 % des dirigeants disent considérer l’innovation comme un levier pour attirer ou retenir la main-d’œuvre.

Mais d’autres semblent encore chercher la voie à suivre.

  • Les entreprises de la région investissement moins que la moyenne des entreprises québécoises en innovation et en R-D (2,9 % du chiffre d’affaires contre 3,6 % au Québec).
  • Les entreprises de la région consultent en moyenne moins leurs employés sur l’implantation des nouvelles technologies que le reste des entreprises au Québec (49 % contre 60 %).

Bas-Saint-Laurent, Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

L’innovation est plus difficile pour les PME de la région

Les entreprises de la région investissent peu en innovation et considèrent que les programmes gouvernementaux d’aide à l’innovation ne sont pas adaptés à leur réalité.

Les entreprises de la région ont besoin d’un soutien adapté à leur réalité.

  • À peine une entreprise sur deux (53 %) de la région a développé une innovation durant la dernière année (comparativement à 57 % en moyenne au Québec).
  • 73 % des entreprises de la région ont investi 1 % ou moins de leur chiffre d’affaires en innovation et R-D durant la dernière année.
  • 65 % des dirigeants d’entreprises de la région considèrent que les programmes ne sont pas adaptés à leur réalité particulière. Il s’agit du plus haut taux mesuré au Québec.

Lanaudière-Laurentides

Du retard à rattraper

Les entreprises de la région innovent moins et travaillent davantage seules que la moyenne des PME de même taille au Québec.

Les PME de la région mesurent le potentiel de l’innovation pour leur réussite.

  • Les PME de 25 employés et plus de la région considèrent à 77 % que l’innovation les aidera à augmenter leur productivité.
  • En période de pénurie de main-d’œuvre historique pour la région, 65 % des dirigeants disent considérer l’innovation comme un levier pour attirer ou retenir la main-d’œuvre.

Mais elles ne passent pas encore à l’action.

  • À peine la moitié d’entre elles (53 %) a développé une innovation durant la dernière année.
  • Les PME de la région qui ont développé des projets d’innovation durant la dernière année sont celles qui, au Québec, collaborent le moins avec des partenaires externes pour développer leurs projets. 75 % disent travailler seules.

Saguenay–Lac-Saint-Jean

Innovation : les PME de la région moins engagées envers l’innovation

Les PME de 25 employés et plus du SaguenayLac-Saint-Jean trainent de la patte en matière d’innovation, révèle ce sondage. Elles considèrent également moins l’innovation comme un levier pour relever les défis de l’heure que la moyenne des entreprises québécoises.

Les entreprises de la région sont celles qui voient le moins l’innovation comme un levier pour leur entreprise.

  • Seulement 67 % des entreprises considèrent que l’innovation améliorera leur productivité (contre 78 % en moyenne).
  • Moins d’une entreprise sur deux (48 %) considère l’innovation comme un outil d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre, comparativement à 67 % en moyenne.
  • Seulement 43 % des entreprises considèrent que l’innovation les aidera à développer de nouveaux marchés (contre 63 % en moyenne)

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’elles investissent moins.  

  • Un peu plus d’une entreprise sur deux (51 %) indique avoir développé une innovation durant la dernière année.
  • Les entreprises de la région investissent 35 % moins que la moyenne québécoise en innovation et en R-D (2,3 % contre 3,6 %).
  • Moins de 20 % des dirigeants de PME de la région considèrent que les programmes d’aide à l’innovation sont adaptés à leur réalité d’entreprise.

Estrie

Une région exportatrice aux multiples défis

Les PME de la région sont interpellées par la pénurie de main-d’œuvre spécialisée. Elles voient l’innovation comme un levier pour répondre aux défis de l’économie. La hauteur de leurs investissements en innovation est cependant la plus basse au Québec.

Les entrepreneurs de la région sont ambitieux et ils comprennent le potentiel de l’innovation pour leur avenir.

  • Les PME de 25 employés et plus de l’Estrie voient l’innovation comme des leviers pour augmenter leur productivité (83 %) et retenir ou attirer de la main-d’œuvre (75 %). Il s’agit des plus hauts taux au Québec.
  • En période de crise historique de main-d’œuvre, ce sujet interpelle 62 % des dirigeants d’entreprises de l’Estrie qui le voient comme un défi important en matière d’innovation. Il s’agit du plus haut taux au Québec.
  • Plus de 40 % des PME (46 %) comptent augmenter leurs exportations au cours des trois prochaines années, le plus haut taux au Québec.

Mais les entreprises ne semblent pas organisées pour passer à l’action et investir en R-D.

  • Les PME de la région investissent 40 % moins que la moyenne québécoise en innovation et en R-D (2,1 % contre 3,6 %).
  • 48 % des entreprises de l’Estrie n’ont ni conseil d’administration ni comité de gestion.

À noter :

  • Près de 30 % des PME de 25 à 250 employés de la région œuvrent dans le secteur de la fabrication, secteur industriel propice à l’innovation selon les données du sondage.

Montérégie

Les PME de la région tirent de l’arrière sur plusieurs fronts

Les PME de la région ont le plus faible taux d’innovation au Québec selon ce sondage. Les entreprises de la région sont toutefois confiantes et se disent préparées aux perturbations technologiques futures.

Même si les entrepreneurs comprennent l’importance de l’innovation, ils semblent mal outillés pour passer à l’action.

  • 60 % des dirigeants considèrent que la main-d’œuvre spécialisée est un besoin important en matière d’innovation.
  • Moins d’une PME sur deux (47 %) a développé une innovation durant la dernière année. Il s’agit du plus faible taux au Québec où la moyenne est de 57 %.
  • 23 % des PME de 25 employés et plus de la région considèrent que les programmes gouvernementaux d’aide à l’innovation sont adaptés à leur réalité d’entreprise.
  • 49 % des entreprises de la Montérégie n’ont ni conseil d’administration ni comité de gestion. Il s’agit du plus faible taux au Québec (moyenne de 41 %).

À noter

  • 21 % des PME de 25 employés et plus œuvrent dans l’industrie du commerce de détail, un secteur où les dirigeants, à l’échelle nationale, expriment que les programmes gouvernementaux ne sont pas adaptés à leur réalité (68 %).