Métal 7 révolutionne le procédé de fabrication des boulettes de minerai de fer

triple deck equipe m7

Partager :

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Fondé en 1974, Métal 7 se distingue par une solide culture d’innovation qui l’aide à tirer son épingle du jeu dans un marché très compétitif. L’entreprise manufacturière de Sept-Îles se spécialise dans la conception et la fabrication d’équipements de haute performance pour l’industrie minière et les alumineries. Elle consacre annuellement environ 5 % de son chiffre d’affaires à la R&D.

 

« Pour nous, l’innovation constitue une voie incontournable afin de devancer des compétiteurs installés dans des marchés où la main-d’œuvre coûte beaucoup moins cher qu’au Québec, explique Steve Beaudin, directeur général de Métal 7. Nous offrons des produits significativement plus durables et plus efficaces que nos concurrents. Nos clients récupèrent donc leur investissement plus rapidement. »

 

Le Triple Deck de Métal 7

L’une des innovations phares de Métal 7 est le « Triple Deck », un système de tamisage de boulettes de minerai de fer à trois étages. « Il s’agit d’une technologie unique dans le monde, qui nous démarque complètement de la concurrence », affirme Steve Beaudin.

 

Avant d’être versées dans le four pour être cuites, les boulettes de minerai de fer sont tamisées sur un tamis à rouleaux qui a traditionnellement un ou deux étages. Métal 7 a innové en ajoutant un étage. Cela assure une plus grande surface de tamisage dans un même espace.

 

Répondre aux enjeux de l’industrie minière

 

Ce n’est pas le seul avantage. Métal 7 a aussi développé la « chute Epsilon ». Cette extension du Triple Deck permet de déposer plus délicatement les boulettes à l’entrée du four, afin de réduire les risques de déformations dus à l’impact. « Le minerai est chargé dans le four sous la forme d’un lit de boulettes d’environ 50 cm d’épaisseur, précise Steve Beaudin. Lorsque les boulettes sont moins déformées, l’air chaud circule plus facilement à travers ce lit, ce qui améliore le procédé de cuisson. » De plus, le tamis à trois étages répartit les boulettes en fonction de leur taille, avec une couche pour celles qui mesurent de 8 à 11 mm de diamètre et une autre pour celles qui font de 11 à 16 mm. Ce principe de ségrégation permet une meilleure utilisation de l’énergie pour cuire les boulettes.

 

La productivité du processus augmente grâce à ces avancées, tout comme la qualité finale, alors que la consommation énergétique diminue. « L’industrie minière cherche à réduire sa consommation énergétique et son impact environnemental, donc une innovation comme celle-là devient très intéressante », soutient Francis Fournier, président-directeur général de Corem. Partenaire de longue date de Métal 7, Corem offre des services spécialisés et d’expertises de recherche aux entreprises de l’industrie minière.

 

Corem a contribué au développement du Triple Deck de Métal 7 en évaluant certains aspects de la nouvelle technologie. Il a procédé à des simulations numériques afin de vérifier que chacun des trois étages du tamis recevait une quantité suffisante de boulettes pour assurer un triage efficace. D’autres analyses ont servi à mesurer l’impact du nouveau processus sur le temps et l’efficacité du séchage des boulettes, une étape qui précède la cuisson.

 

L’innovation a déjà trouvé preneur au Canada et en Inde et Métal 7 poursuit des discussions pour huit autres projets de vente potentiels dans le monde.