L’innovation féconde d’Imagia

Depuis sa création en 2015, Imagia s’emploie à mettre la puissance et l’agilité de l’intelligence artificielle (IA) au service de la médecine et de la recherche de pointe en santé. Son produit phare est la plateforme numérique Imagia EVIDENSMD.

 

L’un de ses objectifs consiste à favoriser et accélérer les découvertes dans le secteur de la santé. « La plateforme EVIDENSMD facilite la coopération entre chercheurs et permet l’accès et l’utilisation de grandes quantités de données d’origines différentes, tout en respectant leur confidentialité et leur propriété afin de co-développer des produits médicaux qui feront une différence dans la vie des patients », explique Alexandre Le Bouthillier, Chef des affaires corporatives. Il a cofondé Imagia avec Nicolas Chapados, un spécialiste de l’apprentissage machine, qui en est aujourd’hui le conseiller scientifique en chef pour l’IA. Yoshua Bengio, pionnier de l’apprentissage profond, agit aussi comme conseiller scientifique. « Je suis fier du travail d’Imagia et d’avoir pu y contribuer un peu : c’est un des premiers partenaires de Mila, avec un énorme potentiel de faire du bien sur cette planète en amenant les innovations en apprentissage profond auprès des patients, et un fer de lance de l’écosystème d’IA du Québec ».

 

De gauche à droite : Yoshua Bengio du MILA, Alexandre Le Bouthillier et Nicolas Chapados.

 

Dès le départ, ces entrepreneurs ont positionné leur firme sur l’échiquier planétaire, même si la plateforme s’est d’abord déployée au Canada. En juin dernier, Imagia annonçait par exemple un partenariat en médecine de précision avec Illumina, un important joueur mondial du séquençage et de l’analyse ADN, basé en Californie. Le jumelage de données sur la génomique et de données cliniques et d’imagerie aidera à développer des soins plus personnalisés et précis.

Une innovation qui en génère d’autres

La versatilité représente l’un des grands atouts d’EVIDENSMD, prouesse technologique et pure invention de leur CTO, Florent Chandelier et d’une équipe technique multidisciplinaire. Elle permet d’utiliser la puissance de l’apprentissage profond pour entraîner des modèles à dénicher des patrons en agrégeant et comparant des données très nombreuses et diverses. Il arrive ainsi que l’on découvre des liens entre des données qui pourtant semblaient au départ très éloignées.

Les applications possibles de la plateforme sont multiples. En traitant des signaux vidéo, elle favorise l’utilisation de tests de dépistages beaucoup moins invasifs et coûteux et beaucoup plus rapides. « Seulement en utilisant la vidéo d’un polype, on peut par exemple prédire en temps réel le résultat d’une biopsie », illustre M. Le Bouthillier. L’usage des données permet aussi de développer des traitements plus personnalisés. Enfin, EVIDENSMD aide également à optimiser le design et le recrutement des études cliniques.

Une équipe solide

 

MEDTEQ+, un organisme qui accompagne les innovateurs en santé de la conception jusqu’à la commercialisation, appuie Imagia depuis ses débuts. « C’est le premier bailleur de fonds que nous avons sollicité et la relation a été si bonne avec eux que j’ai intégré leur conseil d’administration, ainsi je peux moi aussi participer au soutien d’autres entreprises innovantes », souligne M. Le Bouthillier.

MEDTEQ+ aide à structurer des projets collaboratifs de recherche et d’innovation en technologies et soins de santé et à les financer. « Il y avait des tas de bonnes raisons d’appuyer Imagia », admet la PDG Diane Côté. Elle invoque notamment le fait que les entrepreneurs avaient de l’expérience, qu’ils connaissaient bien l’IA et qu’ils proposaient des produits et des approches très pertinents pour les systèmes de santé. Surtout, leur équipe était forte et reposait sur des chercheurs, des ingénieurs en IA, des biostatisticiens et des cliniciens chevronnés.

La jeune pousse montréalaise collabore avec les grandes pharmaceutiques et les fournisseurs d’appareils médicaux pour mettre en avant le rôle crucial que l’IA peut jouer dans ce domaine. « Au départ, nous étions des pionniers, mais maintenant les différents acteurs de la santé commencent à mieux voir tout le potentiel de cette approche technologique », se réjouit M. Le Bouthillier.